• Tous les articles
  • Avocats d’affaires 3.0
  • Creating Value
  • L'acquisition
  • L'économie numérique
  • Le nouveau CSA
L'acquisition

Tout ne commence vraiment qu’après la fusion ou l’acquisition

lire plus
L'acquisition

En matière d’acquisition, une bonne transaction est toujours un exercice d’équilibriste

lire plus
L'acquisition

Une fusion ou acquisition réussie commence par une bonne préparation

lire plus
L'économie numérique

La digitalisation exige des avocats 3.0

lire plus
L'économie numérique

Harmoniser la fiscalité au niveau international exige de porter un regard neuf sur les impôts

lire plus
L'économie numérique

Vers un statut de collaborateur sur mesure?

lire plus
Le nouveau CSA

Le nouveau CSA : le législateur aurait pu aller plus loin…

lire plus
Le nouveau CSA

Le nouveau CSA : quel impact pour votre entreprise familiale ?

lire plus
Le nouveau CSA

Le nouveau CSA : ou la révolution du principe de responsabilité des dirigeants

lire plus
Creating Value

Le plan cafétéria 2.0 une innovation BNP Paribas Fortis

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

Nouveaux défis et nouvelles opportunités pour les avocats d’affaires

lire plus
Creating Value

Créer de la valeur avec
les « data » ?

lire plus
Creating Value

La blockchain et l’IA devraient avoir un impact positif sur les investissements immobiliers

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

M&A: l’instabilité comme terreau fertile

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

Le marché immobilier bruxellois a beaucoup à offrir aux investisseurs

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

L’éo­lien off­shore: une réus­site qui ne doit rien au ha­sard

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

Contribuables, attention: respecter la loi fiscale à la lettre ne suffit plus

lire plus
M&A: l’instabilité comme terreau fertile

M&A: l’instabilité comme terreau fertile

En cette période d’incertitudes politiques et de disruption économique, le marché des fusions et acquisitions se porte étonnamment bien. Et le besoin de disposer de véritables spécialistes en la matière n’a jamais été aussi prégnant.

Il y a d’abord eu le Brexit, puis l’élection de Donald Trump. Aujourd’hui, nous devons compter avec les tensions militaires en Asie du Sud-Est. L’instabilité politique et économique semble régner en maître. Or, fait remarquable, ce climat incertain constitue un terreau idéal pour les fusions et acquisitions d’entreprises. “La stabilité et les fusions et acquisitions ne font pas bon ménage”: telle est la conclusion étonnante de Peter Callens, spécialiste M&A chez Loyens & Loeff. “Les entreprises cherchent surtout à suivre l’évolution du marché, et une certaine dose de disruption leur permet souvent d’améliorer leur position. Si les cours de Bourse sont très stables, les choses ne bougent pratiquement pas. Mais regardez: le Brexit crée des tensions, et au même moment, nous voyons que plusieurs compagnies d’assurances britanniques recherchent des cibles potentielles sur le marché belge, pour prendre pied à Bruxelles.”

Pour nous, le Brexit ne fut pas une mauvaise nouvelle. Les fusions et acquisitions dépendent des opportunités, non de la stabilité économique.

Peter Callens
Spécialiste M&A chez Loyens & Loeff

“En ce sens, le Brexit ne fut pas une mauvaise nouvelle pour notre cabinet”, souligne encore le spécialiste. “Les fusions et acquisitions dépendent des opportunités, non de la stabilité économique. C’est là que réside notre plus grande valeur ajoutée en tant qu’avocats d’affaires. Dans le monde complexe dans lequel nous vivons, les entreprises ont surtout besoin de spécialistes dotés d’une vision plus large de la situation et capables de mettre en évidence tant les risques que les opportunités.”

“Dans notre monde com­plexe, les en­tre­prises ont par­ti­cu­liè­re­ment be­soin de spé­cia­listes dotés d’une vi­sion plus large de la si­tua­tion et ca­pables de mettre en évi­dence tant les risques que les op­por­tu­ni­tés.” Peter Cal­lens, spé­cia­liste M&A chez Loyens & Loeff © Stu­dio Dann

Numérisation

Comme dans de nombreux autres secteurs, il se dit que la numérisation et l’automatisation pourraient représenter une menace importante pour le modèle opérationnel des cabinets d’avocats. “C’est faux”, réagit Grégoire Jakhian, spécialiste M&A. “Ces dernières années, la numérisation a effectivement fait son entrée chez les avocats d’affaires, mais ce n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle. Au contraire, cette évolution nous ouvre de nouvelles perspectives. On observe aussi une tendance croissante dans les cabinets d’avocats: le recours à l’intelligence artificielle. Prenez le cas d’une entreprise qui souhaite en acquérir une autre. Traditionnellement, elle rassemble un maximum d’informations sur la société cible pendant la phase préparatoire. Ces données dont rassemblées dans un data room. Les avocats du candidat à la reprise traitent ensuite ces données, contrats et documents, afin d’évaluer les risques juridiques potentiels. Cette analyse représente plusieurs semaines de travail. Le recours à l’intelligence artificielle nous permet de travailler plus rapidement. Ces logiciels ne sont pas parfaits mais nous connaissons leurs points faibles et nous savons à quel moment nous devons faire preuve d’une vigilance particulière.”

Les machines sont plus performantes dans les tâches d’exécution, mais la réflexion et la mise en place d’une stratégie restent l’apanage des humains, de leurs connaissances et de leur expérience.

Grégoire Jakhian
Spécialiste M&A chez Loyens & Loeff

“De ce fait, en tant qu’avocats d’affaires expérimentés, nous offrons à nos clients une réelle valeur ajoutée ”, conclut Grégoire Jakhian. “Les machines sont plus efficaces et performantes pour les tâches d’exécution, mais la réflexion et la mise en place d’une stratégie restent l’apanage des humains, de leurs connaissances et de leur expérience. Nous investissons beaucoup dans de nouvelles applications liées au domaine de l’intelligence artificielle, parce qu’elles nous permettent précisément de consacrer davantage de temps à l’analyse des conséquences économiques et juridiques de la disruption et de l’instabilité qui touchent de nombreux secteurs. Nous ‘achetons’ en quelque sorte du temps pour rechercher de nouvelles opportunités. Et croyez-moi, elles ne manquent pas.”

“Les avo­cats du can­di­dat ache­teur cherchent à éva­luer les risques en se ba­sant sur l’en­semble des don­nées, contrats et do­cu­ments re­la­tifs à leur cible. Cette ana­lyse re­pré­sente plu­sieurs se­maines de tra­vail. Grâce à l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle, les choses vont dé­sor­mais plus vite.” Gré­goire Ja­khian, spé­cia­liste M&A chez Loyens & Loeff © Stu­dio Dann