• Tous les articles
  • Avocats d’affaires 3.0
  • Creating Value
  • L'acquisition
  • L'économie numérique
  • Le nouveau CSA
L'acquisition

Tout ne commence vraiment qu’après la fusion ou l’acquisition

lire plus
L'acquisition

En matière d’acquisition, une bonne transaction est toujours un exercice d’équilibriste

lire plus
L'acquisition

Une fusion ou acquisition réussie commence par une bonne préparation

lire plus
L'économie numérique

La digitalisation exige des avocats 3.0

lire plus
L'économie numérique

Harmoniser la fiscalité au niveau international exige de porter un regard neuf sur les impôts

lire plus
L'économie numérique

Vers un statut de collaborateur sur mesure?

lire plus
Le nouveau CSA

Le nouveau CSA : le législateur aurait pu aller plus loin…

lire plus
Le nouveau CSA

Le nouveau CSA : quel impact pour votre entreprise familiale ?

lire plus
Le nouveau CSA

Le nouveau CSA : ou la révolution du principe de responsabilité des dirigeants

lire plus
Creating Value

Le plan cafétéria 2.0 une innovation BNP Paribas Fortis

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

Nouveaux défis et nouvelles opportunités pour les avocats d’affaires

lire plus
Creating Value

Créer de la valeur avec
les « data » ?

lire plus
Creating Value

La blockchain et l’IA devraient avoir un impact positif sur les investissements immobiliers

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

M&A: l’instabilité comme terreau fertile

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

Le marché immobilier bruxellois a beaucoup à offrir aux investisseurs

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

L’éo­lien off­shore: une réus­site qui ne doit rien au ha­sard

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

Contribuables, attention: respecter la loi fiscale à la lettre ne suffit plus

lire plus
L’éo­lien off­shore: une réus­site qui ne doit rien au ha­sard

L’éo­lien off­shore: une réus­site qui ne doit rien au ha­sard

Dans notre pays, peu de secteurs peuvent se targuer d’avoir autant le vent en poupe que celui des énergies renouvelables. Ce succès, on le doit au travail de pionnier mené par des entreprises comme Parkwind, devenue une véritable référence grâce à des partenariats bien pensés.

De droite à gauche: Marc Ver­my­len, ma­na­ging part­ner chez Loyens & Loeff Bel­gique, Fran­çois Van Leeuw, co-CEO de Park­wind et Tho­mas Chel­ling­sworth, as­so­cié, spé­cia­liste en droit de l’éner­gie chez Loyens & Loeff © Stu­dio Dann

Avec trois parcs éoliens offshore, qui produisent en énergie l’équivalent d’une petite centrale nucléaire, Parkwind est devenu l’un des principaux acteurs du paysage belge des énergies renouvelables. “En sept ans, nous avons investi 2,5 milliards d’euros dans l’énergie éolienne offshore”, déclare François Van Leeuw, son co-CEO. “Cela a placé la Belgique sur la carte d’un secteur industriel très innovant et résolument tourné vers l’avenir.”

À première vue, l’histoire ressemble à un conte de fées. Pourtant, le chemin parcouru ces dernières années fut tout sauf facile. “Sans entrer dans des détails trop techniques, nous travaillons dans le cadre de structures financières très complexes”, souligne François Van Leeuw. “Un projet atteint aisément des centaines de millions d’euros. Une partie est financée sur fonds propres, tandis que l’autre est empruntée aux banques. La mise en place de ces structures exige parfois l’intervention conjointe de 15 banques, d’agences de crédit à l’exportation, d’institutions européennes… Il est donc indispensable de pouvoir s’appuyer sur de très bons partenaires tout au long de ce parcours. Depuis nos débuts en 2009, nous travaillons avec Loyens & Loeff.”

Nos connaissances et notre expertise dans ce domaine sont devenues un véritable produit d’exportation.

François Van Leeuw

Co-CEO de Parkwind
Fran­çois Van Leeuw, co-CEO de Park­wind © Stu­dio Dann

“Pendant cette période de démarrage très difficile, une véritable relation de confiance s’est construite entre certains partenaires de la première heure.” ajoute Thomas Chellingsworth, expert en énergie chez Loyens & Loeff. “Cette relation n’a pas changé. Nous parlons ici de très gros intérêts et de montants en conséquence. En tant qu’avocats d’affaires, nous veillons à ce que tous les aspects du projet soient correctement structurés, que les intérêts de toutes les parties soient pris en compte, et que les risques soient couverts, en totalité ou, du moins, à un niveau acceptable. C’est notre mission. Et ne vous y trompez pas: cette recherche de sécurité maximale démarre dès le début du projet, lorsque l’on parle encore de permis et de subsides. Sinon, vous n’obtenez jamais la confiance totale des banquiers et des investisseurs pendant les phases suivantes.”

Norme internationale

Si l’énergie renouvelable est un secteur industriel encore relativement jeune, son importance pour notre économie s’avère gigantesque. “Nos connaissances et notre expertise dans ce domaine sont devenues un véritable produit d’exportation”, sourit François Van Leeuw. “Peu de gens l’ont compris. Grâce notamment à des décisions judicieuses des pouvoirs publics, c’est toute une nouvelle industrie qui s’est développée en très peu de temps, avec un groupe d’entreprises dont l’importance économique ne fait que croître d’année en année.”

Pendant cette période de démarrage très difficile, une véritable relation de confiance s’est construite entre certains partenaires de la première heure.

Thomas Chellingsworth
Associé, spécialiste en droit de l’énergie chez Loyens & Loeff
Tho­mas Chel­ling­sworth, as­so­cié, spé­cia­liste en droit de l’éner­gie chez Loyens & Loeff © Stu­dio Dann

“La Belgique a réellement gagné sa place dans le secteur des énergies renouvelables”, reconnaît Marc Vermylen, managing partner chez Loyens & Loeff Belgique. “Dans ce sens, notre décision, voici déjà plus d’une décennie, d’investir dans l’expertise sectorielle a porté ses fruits. Le marché, les contrats et le cadre légal évoluent en permanence. Or, un cabinet tel que le nôtre, doté d’une expertise démontrée dans l’énergie et le financement de projets, peut contribuer à faire bouger le cadre contractuel et à encourager les meilleures pratiques. Toutes les parties impliquées apprennent en permanence l’une de l’autre, ce qui nous permet d’avancer vers une sorte de norme internationale. Par exemple, nos contrats servent aujourd’hui comme documentation de base à l’étranger. Cela vaut dans l’énergie éolienne, mais aussi dans d’autres formes d’énergies renouvelables où nous avons développé des connaissances et de l’expérience, comme l’énergie solaire ou celle issue de la biomasse. Cela nous permet de valoriser cette expertise au-delà de nos frontières, et de nous développer ensemble avec nos clients.”