• Tous les articles
  • Avocats d’affaires 3.0
  • Creating Value
  • Immobilier
  • L'acquisition
  • L'économie numérique
  • Le nouveau CSA
Immobilier

Structuration de projets immobiliers complexes

lire plus
Immobilier

Les pouvoirs publics, partenaires indispensables des projets immobiliers

lire plus
Immobilier

Les joint-ventures pour des projets immobiliers exigent une préparation stratégique

lire plus
L'acquisition

Tout ne commence vraiment qu’après la fusion ou l’acquisition

lire plus
L'acquisition

En matière d’acquisition, une bonne transaction est toujours un exercice d’équilibriste

lire plus
L'acquisition

Une fusion ou acquisition réussie commence par une bonne préparation

lire plus
L'économie numérique

La digitalisation exige des avocats 3.0

lire plus
L'économie numérique

Harmoniser la fiscalité au niveau international exige de porter un regard neuf sur les impôts

lire plus
L'économie numérique

Vers un statut de collaborateur sur mesure?

lire plus
Le nouveau CSA

Le nouveau CSA : le législateur aurait pu aller plus loin…

lire plus
Le nouveau CSA

Le nouveau CSA : quel impact pour votre entreprise familiale ?

lire plus
Le nouveau CSA

Le nouveau CSA : ou la révolution du principe de responsabilité des dirigeants

lire plus
Creating Value

Le plan cafétéria 2.0 une innovation BNP Paribas Fortis

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

Nouveaux défis et nouvelles opportunités pour les avocats d’affaires

lire plus
Creating Value

Créer de la valeur avec
les « data » ?

lire plus
Creating Value

La blockchain et l’IA devraient avoir un impact positif sur les investissements immobiliers

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

M&A: l’instabilité comme terreau fertile

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

Le marché immobilier bruxellois a beaucoup à offrir aux investisseurs

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

L’éo­lien off­shore: une réus­site qui ne doit rien au ha­sard

lire plus
Avocats d’affaires 3.0

Contribuables, attention: respecter la loi fiscale à la lettre ne suffit plus

lire plus
La blockchain et l’IA devraient avoir un impact positif sur les investissements immobiliers

La blockchain et l’IA devraient avoir un impact positif sur les investissements immobiliers

L’immobilier reste un investissement attractif, un succès qui s’explique en grande partie par la faiblesse relative des risques inhérents à l’actif immobilier. À plus long terme, les nouvelles technologies comme la blockchain et l’intelligence artificielle devraient y faire leur entrée. Et c’est une bonne nouvelle, à la fois pour les clients et pour les cabinets d’avocats spécialisés.

Christophe Laurent (associé chez Loyens & Loeff) & Wim Vande Velde (associé chez Loyens & Loeff)

“Les investisseurs qui, à Bruxelles, achètent aujourd’hui un immeuble de bureaux bien localisé et loué à l’une ou l’autre institution gouvernementale, aux institutions européennes ou à de grand groupes multinationaux, sont quasiment assurés d’obtenir, sur le long-terme un rendement stable et régulier”, souligne Christophe Laurent, associé au sein du cabinet d’avocats Loyens & Loeff et spécialiste de l’immobilier. “Le marché de Bruxelles est reconnu pour sa relative stabilité globale ce qui le rend moins perméable à la création de bulle spéculative comme en a connu, par exemple le marché Espagnol voici quelques années. Par ailleurs, l’immobilier est un investissement particulièrement intéressant et sûr comparé au « private equity corporate ».”

“Si les banques européennes continuent à financer une partie importante des investissements immobiliers, elles se montrent désormais un peu plus prudentes”, poursuit Wim Vande Velde, associé chez Loyens & Loeff et expert en M&A. “C’en est fini des grands dossiers d’acquisition du secteur immobilier financés par les banques à hauteur de 90% ! Le ratio loan-to-value (LTV) oscille plutôt entre 50 et 65%. En plus des banques, on voit également des assureurs et des grands acteurs « private equity immobilier » qui financent ces transactions. Depuis peu, les sociétés immobilières règlementées (SIR) ont également la possibilité de participer aux vastes projets d’infrastructure ce qui permet de faire appel au grand public pour financer ces projets.”

Attentes irréalistes

Dans le secteur immobilier également, on commence à parler du rôle des nouvelles technologies telles que la blockchain et l’intelligence artificielle. Nous en voyons déjà les premières applications pratiques, confirme Wim Vande Velde… qui met toutefois en garde contre des attentes déraisonnables. “La valeur ajoutée de l’intelligence artificielle est principalement à trouver du côté du tri et de la catégorisation des informations dans la phase de due diligence et d’analyse primaire de certains documents juridiques liés aux transactions”, juge-t-il. “Nous voyons apparaître les premiers logiciels permettant d’automatiser une grande partie du processus, mais la technologie n’en est qu’à ses débuts. Tout le monde s’accorde sur sa plus-value à long terme, ceci dit : l’intelligence artificielle permettra sans aucun doute d’accélérer les processus tout en conservant (voire augmenter) leur fiabilité.”

Christophe Laurent (associé chez Loyens & Loeff)

“De plus, le coût de ces analyses diminuera, ce qui est une bonne nouvelle pour nos clients”, renchérit Christophe Laurent. “Imaginons que vous achetiez un centre commercial avec 350 contrats de bail que vous devez vérifier un par un : cette analyse peut aisément occuper plusieurs avocats pendant plusieurs semaines. La technologie accélérera le processus et le rendra, à terme, plus fiable, ce qui fera toute la différence en terme de coût pour le client !”

Dans les années à venir, la blockchain devrait prendre elle aussi une importance croissante. C’est pourquoi Loyens & Loeff s’est associé à un développeur de blockchain néerlandais. “Toutes les informations qui se trouvent dans les mains des pouvoirs publics, comme les permis et le registre des hypothèques, pourront être enregistrées dans une blockchain accessible à tous”, illustre Wim Vande Velde. “Nous dégagerons ainsi du temps pour se concentrer sur la véritable valeur ajoutée de notre expertise.”

Conseiller juridique

Les deux associés sont d’accord sur une chose : les nouvelles technologies ne remplaceront pas les avocats spécialisés lors des grandes transactions immobilières, mais augmenteront leur valeur ajoutée. “Comme nous devrons consacrer moins de temps aux détails techniques, nous pourrons nous dédier entièrement à notre rôle de conseiller juridique spécialisé”, explique Wim Vande Velde. “Car c’est pour cette expertise que nos clients s’adressent à nous. Nous constatons d’ores et déjà qu’ils sont plus réticents à confier des tâches perçues comme des « commodities ». Mais nous ne disposons pas encore de toutes les technologies pour les automatiser complètement.”

Wim Vande Velde (associé chez Loyens & Loeff)

“À terme, l’émergence des technologies sera donc un plus pour toutes les parties”, conclut Christophe Laurent. “Nous aurons de meilleures garanties juridiques, plus de certitudes, les choses iront plus vite et cela coûtera moins cher à nos clients. Mais nous devons rester réalistes. Si la blockchain et l’intelligence artificielle sont en train de faire leur entrée dans notre secteur, nous devrons patienter quelques années encore avant que ces technologies puissent être utilisées à grande échelle de manière fiable.”

Vous pouvez suivre ici les derniers articles et événements de Loyens & Loeff.